Première de Couverture

Point de vue

Un événement du siècle : La Foire européenne de Strasbourg a accueilli comme invité d’honneur le Concours Lépine

Pour fêter sa 69 ème édition, la Foire européenne recevait pour la seconde fois le Concours Lépine. En effet l’histoire nous a rappelé notre présence pour lors de nos 50 ans.

Cette manifestation se définissait comme étant l’an 1 er du marché commun, cet édition présentait plus de 350 inventeurs. Aujourd’hui Strasbourg représente toujours la plate-forme incontournable d’échanges économiques et monétaires. Face à cette mondialisation galopante des marchés sans frontière et notamment la mise en place de la monnaie européenne unique.

C’est dans cet esprit que les inventeurs sont venus nombreux d’Alsace, mais aussi de l’hexagone pour participer au Concours Lépine Régional. Installé sur 665 m² du Hall 2, 64 inventeurs sont venu présenter 80 inventions qui étaient toutes matérialisées par un prototype.

En ce lieu était exposé des jeux, un moteur rotatif pour usage de tous carburant, une télécommande à infrarouge universelle à longue distance, une chaudière de chauffage central révolutionnaire, des meubles pour enfants, plusieurs systèmes d’antivols pour vélos, mais également un antivol de scelle (qui a trouvé une commercialisation chez un grand constructeur de cycles.)

Une balayeuse de trottoir et beaucoup d’autres inventions qui demain modifierons nos habitude.

Toutefois, au terme de ce salon, le grand Jury International du Concours Lépine, en partenariat avec la Sofex et les Banques Populaires, ont décerné de nombreux diplômes et médailles.

Le 1 er lauréat de ce palmarès est Alain Haefele, étant récompensé pour sa mise au point d’un mât de lampadaire rétractable, destiné aux villes et aux résidences.

Mais un alsacien ne triomphant jamais seul, Jean-Louis Froehly a remporté les prix des Banques Populaires pour son système de drainage Clipcen prévu pour les maisons individuelles.

Il est à noter que tous les visiteurs ont pu découvrir sur 100 m² notre podium sous le signe « Du Passé à la Rencontre de l’Avenir » représentant le Siècle d’Inventions du Concours Lépine.

Durant ces 10 jours de Foire européenne, la Sofex, la Mairie de Strasbourg et la Banque Populaire ont apporté pleinement leur soutien. Le Concours Lépine relèvera le défi avec plaisir pour septembre 2002.

Un clin d’œil à Olivier de Kersauson et bon vent à Géronimo pour le Trophée Jules Verne.

La Rédaction remercie chaleureusement pour leur collaboration tous les concepteurs ainsi que le service de presse du Trimaran.

« La grande histoire véritable est celle des inventions… . »

Bâtons, chiffre et lettres.

Gérard DOREY

Président

Sommaire

Point de vue

Invention et innovation

Alain Haefele: le mât d’éclairage rétractable

Jean-Louis Frehly: Clipcen, le drainage facile

La prise Escamo

La Baleine de Paimpol

Password

Salons et expositions

La Foire de Strasbourg

Art et création

Mayronnes, « le village du sentier sculpturel »

Dossiers divers

Olivier de Kersausonet son TrimaranGéronimo

Mondial des 2 roues : le marché de la bicyclette

Les Brèves

BD Le Créateur de l’Univers

Les deux podiums

Le mât d’éclairage rétractable : A. Haefele

La naissance du mât d’éclairage rétractable est le fruit de plusieurs concours de circonstance.

 

Le départ de la réflexion se situe au moment de la lecture d’un article relatant une rénovation de l’éclairage des Champs Elysées.

Ayant par le passé travaillé dans le domaine de l’éclairage extérieur, je cherchais à imaginer le produit qui mettrait le mieux en valeur ce site.

Après avoir laissé divaguer mon imagination, une nouvelle approche plus fondamentale du problème vit le jour.

« Quelle est la justification de la présence de mâts en période diurne ? »

Ce fut le premier déclic qui déboucha sur le concept du mât d’éclairage invisible le jour et portant une source lumineuse en hauteur la nuit.

De l’idée à la réalisation du premier mât d’éclairage rétractable, il se passa bien naturellement plusieurs mois à la recherche des solutions techniques les plus adaptées.

Lorsque ce prototype fut réalisé, modifié et que sa fiabilité était prouvée, mon but avait été atteint. Il avait même été dépassé, car lors de son utilisation une application supplémentaire apparue. En effet, du fait de la mobilité de la source d’éclairage, les angles d’éclairage et les intensités varient à chaque position de la lampe. Ce luminaire permettait donc également de réaliser des jeux de lumières originaux lors de la montée et de la descente du mât.

La conception et la réalisation du mât ont posé quelques problèmes, mais les difficultés de diffusion du produit sont encore plus élevées pour le profane en la matière que je suis. La démarche commerciale n’étant alors pas bien définie, je délaissais mon mât pour d’autres passe-temps.

Trois ans plus tard un 2° déclic avait lieu suite à un entrefilet dans la presse locale de l’AIFA (Association des Inventeurs et Fabricants d’Alsace) mentionnant qu’une Assemblée Générale ouverte à tous allait avoir lieu.

Au cours de cette réunion j’exposais en quelques mots l’objet de mon invention et l’on me conseillait de présenter un prototype dans le cadre du prochain Concours Lépine de Strasbourg.

J’ai suivi ces conseils avisés et je me suis inscrit au concours dans le but de présenter mon invention à un large public.

Ayant été au cours de ma carrière professionnelle « un visiteur » de nombreux salons professionnels, j’étais pour la première fois du côté de « l’exposant. La grande maîtrise des personnes chargées de l’organisation du concours ainsi que l’ambiance conviviale réunissant les exposants m’ont permis de très vite entrer dans ce nouveau rôle. Cette expérience très enrichissante au niveau des contacts humains restera un moment fort de ma vie .

L ‘intérêt porté à mon invention par le public va me motiver afin d’entreprendre des démarches de diffusion de ce produit.

Depuis le concours Lépine certains contacts ont été établis et peut être que ce concept d’éclairage privilégiant au maximum l’environnement verra le jour dans un avenir plus ou moins proche.

Alain Haefele

Le drainage facile : J-L Froehly

Avoir une maison saine est important. L’amélioration du confort et plus particulièrement l’isolation des fondations de la maison reste une des principales priorités lors de la rénovation ou de la construction d’une habitation. Le système de drainage traditionnel nécessitant des travaux longs, lourds et pénibles, Jean-Louis Froehly, a eu l’idée de mettre au point un système efficace et surtout très simple à installer « Clipcen ».

42 ans, père de 2 petites filles, mécanicien-soudeur de profession, licencié je me consacre entièrement à mon projet.

Dès mon plus jeune âge, je me suis intéressé au commerce ; mon grand-père possédait une scierie et je passais la plupart de mon temps avec lui.

Non seulement, j’ai pris goût à ces relations d’affaires, mais en plus j’ai appris à travailler.

Aujourd’hui, j’essaie toujours d’améliorer la vie quotidienne en rendant tous les travaux à effectuer plus faciles.

Parce que j’ai été amené à poser plusieurs fois des drainages autour de maisons individuelles (travail long et difficile). Cela m’a donné l’idée de mettre au point un nouveau système de drainage. Et en septembre 1999, j’ai déposé mon brevet Européen à l’I.N.P.I. de Strasbourg.

Ce nouveau système s’appelle Clipcen dont la marque a été également déposée à l’I.N.P.I de Strasbourg.

Clipcen : est un bloc de polystyrène expansé d’un mètre, comportant des rainures périphériques sur toute sa longueur permettant d’attirer les eaux circulant dans les sols et de les amener à l’écoulement, il est recouvert d’une laine géotextile et ne pèse que 2,3 kg. Il se pose sur tous types de sols en s’emboîtant les uns dans les autres à l’aide de manchons en PVC.

En juillet 2000, j’ai testé mon prototype autour d’une maison à Liebsdorf (seul, il m’a fallu 2h30 pour installer 42 m de drainage).

Les avantages de Clipcen :

En dehors de ceux pré-cités : Simple, léger, rapide à poser, il offre en plus une grande capacité de captage (1,20m2), il est imputrescible, hydrofuge et recyclable.

De plus, il existe une demande sur le marché » 4880 demandes de permis de construire ont été déposées en Alsace en 1999″

Après avoir suivi une formation chez Vecteur, une agence conseil en création d’entreprise de Mulhouse, j’ai créé ma Société Diaxis, dont le siège social se situe au Technopôle à Mulhouse, avec l’appui du Centre Européen d’entreprise et d’innovation (CEEI) de Mulhouse et également celui de Sud Alsace Initiative par le biais d’un prêt d’honneur de 100 000 F.

La pré-production (250 pièces) a été lancée pour faire des essais de collage sur les chantiers ; il s’avère que les tests dans les laboratoires reconnus de l’institut de recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement (CEMAGREF à Paris) sont très positifs.

M. Alain Ménétré, responsable commercial m’accompagne dans les étapes commerciales du projet : étude de marché à partir d’une analyse des permis de construire délivrés dans le grand Est, (zone test dans un premier temps, pour la commercialisation du produit) ; prises de contacts avec les centrales d’achat des distributeurs, dont Comafranc et Point-P, premières chaînes de négoce à référencer Clipcen; conception de plaquettes publicitaires ; préparation de foires et salons régionaux.

Grâce à la Foire de Strasbourg de 2001 qui accueillait le Concours Lépine, nous avons pris contact avec un nombre important de clients potentiels. De plus, j’ai été récompensé pour mon invention et ait remporté le prix de la Banque Populaire soit un chèque de1850 euros.

Mais aussi, lauréat au concours pour l’innovation et le développement du Ministère de la Recherche à la Sorbonne à Paris, en Septembre dernier.

Notre espoir : trouver Clipcen en 2003 sur tout le territoire Français.

Jean-Louis Froehly

Les Brèves

Le P4 :

Record battu pour le dernier des processeurs d’Intel, le Pentium 4 : 18 mois après avoir passé le cap du 1 GHz, il double sa fréquence à 2 GHz, soit globalement deux milliards d’instructions à la seconde. Intel affirme d’ailleurs que les performances du Pentium 4 à 2 GHz sont jusqu’à 81 % supérieures à celles d’un Pentium 3 à 1 GHz.

Walt Disney et News Corp créent «Movies.com» :

 

Les 2 groupes vont lancer un site commun pour la distribution de films à la carte sur l’Internet, qui concurrencera une plate-forme créée par 5 autres grands du cinéma. «Movies.com» sera mis en ligne début 2002. Le site permettra de louer des films sur le net, à condition de disposer d’une connexion à haut débit.

Les films pourront aussi être reçus via le câble TV, si celui-ci dispose de fonctions vidéos à la carte.

Nintendo lance la GameCube :

Le géant japonais a présenté jeudi, à Tokyo, sa nouvelle console de jeux vidéo. Le groupe prévoit de mettre en vente 500 000 unités au Japon pour son lancement le 14 septembre. La sortie aux Etats-Unis est prévue pour le 18 novembre. La console sera mise à prix à 25 000 yens au Japon et à 199 dollars aux Etats-Unis.

Pour les fans de vitesse : un autre style de croisière :

 

Il vous faudra cependant attendre 2004 pour vous l’offrir. Vous pouvez déjà vous l’imaginer. En guise de ferry un catamaran japonais de 14 000 tonnes « Techno Super Line » et long de 140 mètres. Equipé de turbines hydrojets à l’instar des jet-skis, sa vitesse sera de 90 km/h. A son bord, 800 passagers, pour une croisière pas comme les autres…

Des écrans de très haute définition:

Pour se mettre au diapason de la puissance des ordinateurs, les Laboratoires Sandia, aux Etats-Unis, ont mis au point un prototype permettant de donner une qualité d’image telle que l’oeil ne peut déceler le moindre pixel. Le principe : une batterie de 16 projecteurs haute définition. Ce qui laisse présager que les scientifiques pourront alors disposer d’écrans performants.

Le Tablet PC : un portable de rêve:

 

Mis au point par Microsoft, ce PC se veut très convivial. Peu encombrant, de la taille d’un porte document, 2 à 3 cm d’épaisseur, celui-ci peut s’utiliser sans les périphériques tels que l’imprimante, le scanner, etc. Ses particularités : la reconnaissance d’écriture manuscrite déjà mise au point pour les Pocket PC, mais surtout la notion « d’encre intelligente ». Ainsi tout texte calligraphié pourra bénéficier des mêmes enrichissements qu’un texte dactylographié (munis d’un stylet, vous surlignerez ce que vous souhaitez modifier, vous écrirez le mot que vous souhaitez rechercher, et bien d’autres encore). Il est prévu de commercialiser ce premier modèle courant 2002. De nouvelles fonctions sont à l’étude grâce à l’intégration de capteurs (d’inclinaison, de proximité et de contact).

Barbara Dorey et Chantal Palluau

Art et Création

Olivier de Kersauson et son Trimaran Géronimo (1 ère Partie)Olivier de Kersauson et son Trimaran Géronimo (2 éme Partie)Mayronnes, « le village du sentier sculpturel »

Retour